Dermatologie et Esthétique

Le docteur Nina Roos vous
accueille aussi sur son site
docteurninaroos.fr

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, 4 août 2014

COMMENT BIEN SE PROTEGER DU SOLEIL CET ETE ? (2)

protection_solaire.png

Voici la suite des questions qui me sont régulièrement posées avant les vacances.


Peut-on préparer sa peau en faisant des UV en cabine ?

  • Non, non et non, ces pratiques sont d’une autre époque, elles reposent sur des croyances erronées, et font le lit des cancers de la peau chez les jeunes te les sujets à peau claire.
  • La coloration obtenue par bronzage en cabine est liée à l’oxydation de la mélanine. Elle ne protège pas des UV. Cela étant, les UVA dont on vous a bombardée sur le banc solaire ont fait des dégâts à l’ADN des cellules de la peau, ce qui consomme votre capital solaire.



Quelle est la différence entre UVA et UVB ?

  • Les UVB sont responsables des coups de soleil et des altérations de l’ADN les plus importantes (risque de cancers). On les reçoit surtout en été et lorsque le soleil est au zénith, mais il faut s’en protéger de 11h à 16h. Ces UVB sont minimes en hiver en ville.
  • Les UVA font brunir et altèrent moins l’ADN cellulaire mais sont plus responsables du photovieillissement (les cancers sont possibles également). On en reçoit plus régulièrement sur la journée.



Bref, voilà de quoi comprendre, et vous équiper, afin de profiter en toute sécurité et en famille des joies de l’été, sans impacter votre capital soleil.

lundi, 21 avril 2014

LES ERREURS DE SOINS QUI POURRAIENT AGGRAVER LE VIEILLISSEMENT DE LA PEAU

erreur.png

Il y a de fortes chances pour que vous fassiez déjà ce qu’il faut afin de conserver une peau en bonne santé : écran solaire, crèmes, hygiène de vie et alimentation saine…Il y a pourtant peut-être des erreurs que vous faîtes et qui pourraient saboter tous ces efforts. Par exemple…

Ne pas porter de lunettes de soleil:
Bien qu’elles passent pour un accessoire très tendance, les lunettes de soleil ont avant tout une vocation de protection: protection des yeux agressés par les UV, et protection de la peau fine et fragile du tour de l’œil. De plus, les lunettes limites le clignement des yeux nécessaire pour lutter contre la luminosité. Or ces contractions creusent les rides de la patte d’oie. Il est donc vivement conseiller de porter des lunettes couvrantes (larges), même en ville, afin de protéger la zone fragile du tour de l’œil.

Remplacer la crème de jour par un écran solaire:
Si vous pensiez que votre écran solaire apporte les mêmes bénéfices que votre crème de jour, et bien ce n’est pas le cas. Ce remplacement peut être fait occasionnellement pour vous simplifier la vie, pas exemple en vacances, mais il vaut mieux que cela ne devienne pas une habitude. Tout d’abord, l’écran solaire n’a pas les mêmes vertus qu’une crème un peu technique (anti-ride, anti-taches, anti-rougeurs…). De plus, la texture d’un solaire est souvent un peu grasse pour les peaux normales ou mixtes, vous risquez donc de développer, à la longue, de l’acné. Enfin, n’oubliez pas que pour être efficace, un écran solaire a besoin d’être renouvelé toutes les 2 à 3 heures, ce que l’on oublie souvent lorsqu’on l’utilise comme une crème de jour. Inutile donc de vous en barbouiller à 7h du matin pour aller déjeuner en terrasse à midi, il faudra de toute façon en remettre.

Ne pas mettre d’écran solaire quand il y a des nuages:
A moins qu’il n’y ait des nuages noirs et un orage, les UV passent à travers les nuages d’été. Les UVA principalement, responsables du vieillissement cutané, mais aussi les UVB, responsables des coups de soleil. Il faut donc sortir avec un écran solaire d’avril à septembre en métropole, voire toute l’année dans les régions plus ensoleillées.

Bien protéger du soleil le visage…et oublier le décolleté, la nuque, les mains….:
Tout est dit. Il s’agit d’une erreur fréquente : vous pensez à protéger le visage, mais vous oubliez les autres zones qui recevront des UV, et qui sont encore plus fragiles que le visage. La peau du décolleté notamment est fine et fragile et ne devrait pas être exposée au soleil, sous peine de se couvrir définitivement de rougeurs, taches, fripures. Les vêtements décolletés sont donc à réserver aux soirées si vous ne voulez pas imprimer le V de vieillissement entre vos deux seins.

lundi, 15 juillet 2013

LES NAGEURS DU CERCLE DE MARSEILLE ET LES CABINES UV

marseille.png

Nageurs du Cercle Marseillais, avez-vous perdu la raison ? Ou êtes-vous réellement non informés des méfaits des UV en cabines ? Etes-vous sûrs d’avoir été bien conseillés avant de signer un partenariat avec…Point Soleil ?

Quelle consternation en découvrant que depuis octobre 2012, la chaine Point Soleil se vante d’un partenariat avec les nageurs du cercle de Marseille, tel Camille Lacourt ou Laure Manaudou. Quelle honte pour nos sportifs d’encourager leurs fans à avoir des comportements à risque. Quel gâchis pour ces jeunes qui accroissent ainsi leur risque de développer un cancer de la peau.

Comment ? Madame Manaudou, Monsieur Lacourt, vous n’êtes réellement pas au courant des effets cancérigènes des UV ? Alors voici les faits :

  • Les UVA, comme les UVB, sont responsables des cancers cutanés.
  • Le Centre international de recherche sur le cancer de l'OMS classe officiellement les sources artificielles d'UV comme «cancérigènes pour l'homme» au même titre que le tabac.
  • Le nombre des ces cancers double tous les 10 ans. Pour le mélanome, le plus agressif, sa fréquence a été multipliée par 4 chez les homes et par 3 chez les femmes ces vingt dernières années.
  • Le risque de développer un cancer de la peau est doublé chez les utilisateurs de cabines à UV, s'ils s'exposent avant 35 ans, et accru de 20 % pour les autres.
  • Les cabines à UV représentent un tel risque en termes de santé publique que le Brésil les a interdites en 2009. Nous sommes en France encore en retard sur ce sujet…
  • 5 minutes en cabine UV équivalent à 2 heures d’exposition à la lumière naturelle. Alors, que pensez-vous que fassent 20 minutes en cabine ? Et oui, l’équivalent d’une journée d’été passée à l’extérieur sans crème ni ombre…
  • Les UVA en cabine ne préparent pas le peau au soleil : ils la colorent en brun du fait de l’oxydation de la mélanine, mais ce pigment ne protège pas des UVB.
  • Les UVA en cabine, de même que les UVA naturels, sont également responsables du vieillissement prématuré de la peau : rides, taches, peau fripée.
  • Les chercheurs de l'International Prevention Research Institute de Lyon et de l'European Institute of Oncology de Milan ont fait une synthèse de 27 études menées dans dix-huit pays européens. Ils estiment que 5,4 % des mélanomes cutanés -la forme la plus grave des cancers de la peau- diagnostiqués en Europe sont attribuables à l'usage des cabines à UV. Le bronzage artificiel serait ainsi responsable, selon leur évaluation, de près de 800 morts par an à l'échelle européenne.
  • Une étude publiée en mai dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire estimait entre 19 et 76 le nombre de décès attribuables aux cabines de bronzage dans notre pays, sur les 1600 morts annuelles dues au mélanome.


Alors, chers nageurs qui nous avez fait rêver, montrez-nous que vous pouvez vous conduire en adultes responsables : apprenez aux jeunes à protéger leur santé plutôt que d’encourager les comportements à risque !

Photo : Cancer Research UK

lundi, 13 mai 2013

DU CHOCOLAT CONTRE LES UV ?

chocolat.png
Attention, il ne s’agit nullement d’un billet destiné à vous donner bonne conscience : se gaver de choc’ au soleil n’est toujours pas une bonne idée…

Mais il n’est pas nouveau que le chocolat noir est connu pour contenir des anti-oxydants aux vertus bénéfiques sur la santé. Quelques études notamment ont porté sur les effets protecteurs des flavonols contre les dégâts cutanés induits par les UV.

Une étude allemande datant de 2006, par exemple, a comparé deux groupes de femmes. L’un buvait des boissons chocolatées riches en falvonols, alors que l’autre groupe buvait des chocolats moins forts. Lorsque les deux groupes furent exposés aux UV, le groupe ayant bu les boissons les plus riches en chocolat a moins souffert de coups de soleil. Par la suite, d’autres études ont confirmé cet effet protecteur d’une consommation régulière de chocolat noir contre les dégâts induits par les UV.

Quant à la dose idéale, elle semble se situer autour de 100 grammes de chocolat noir (au moins 70% de cacao) par jour, ce qui équivaudrait à une protection SPF de 2 à 3. On privilégiera au passage les chocolats issus du commerce équitable, puisqu’il s’agit d’assurer la qualité.

On voit bien que ceci ne dispense aucunement d’une crème solaire et de protection vestimentaire, mais c’est une aide supplémentaire. Sans compter les effets bénéfiques des flavonols sur les autres organes.

lundi, 21 janvier 2013

TENTATIONS D’HIVER : NE SUCCOMBEZ PAS AUX CABINES UV

hiver_uv.png
Les messages commencent à passer sur les dangers des cabines UV, mais je vois encore trop de personnes qui, au cœur de l’hiver, pensent qu’une petite séance d’UV en cabine va améliorer leur bien-être…Et ce sont bien sûr toujours des gens à la peau claire, jeunes de préférence. Peut-être les dermatologues n’ont-ils pas été assez clairs ou percutants sur la délivrance du message concernant les risques des UV en cabine. Il est vrai aussi qu’il y a peu de campagne d’information sur le sujet, alors il est grand temps que nos patients prennent conscience de certains chiffres :

  • Si vous faites régulièrement des UV, cela augmente de 20% votre risque de développer un cancer de la peau.
  • Précision : si vous avez commencé avant 35 ans, ce risque passe à 87%.
  • Globalement, le fait de fréquenter ces établissements augmente votre risque de mélanome de 1,8%.
  • Sans compter les impacts bien connus des UVA sur le vieillissement cutané.


Certes, les cabines UV sont interdites aux moins de 18 ans en France, tout comme aux Etats-Unis, au Canada ou en Australie par exemple ; mais cela ne suffit pas.
Quant au Brésil : les législateurs ont carrément interdit toutes les cabines UV ! Une décision qui mérite d’être saluée et reproduite. Cette interdiction totale des cabines à UV (autres qu’à des fins médicales) entrera également en vigueur en Nouvelle Galle du Sud (Australie) en 2014.

Vous l’avez constaté, la France est donc en retard sur le sujet, mais cela pourrait changer dans les mois à venir. En effet, dans un rapport intitulé « Santé, beauté, une priorité : la sécurité », une mission d’information du Sénat préconise l’interdiction des cabines UV.

Mais à l’heure actuelle, en l’absence de prise de décision de nos parlementaires, n’attendons pas que nos jeunes aient massacré leur peau, faisons tous passer le message : UV = DANGER.

lundi, 18 juin 2012

LE TRAVAIL GENERE-T-IL DES RIDES ?

travail_et_rides.jpg

Il va être difficile d’aborder ce sujet avec votre chef, mais la question mérite d’être posée en dehors du bureau : abime-t-on sa peau au boulot ?
La réponse est oui, mais la solution n’étant pas de changer de poste, il convient plutôt de comprendre ce qui se passe et comment y remédier.

En tête de liste des pourvoyeurs de rides, arrive le travail sur ordinateur. En effet, les efforts d’accommodation qu’il peut susciter creusent les rides du lion (entre les sourcils), et des pattes d’oie. Ceci est majoré si vos lunettes ne sont pas adaptées à votre vision, ou si vous tournez le dos à une fenêtre, et devez lutter contre les reflets sur votre écran. Je vous conseille donc d’améliorer l’éclairage et de faire le point une fois par an avec votre ophtalmologue.
De même si vous travaillez en extérieur ou passez du temps au volant, vous plisserez bien souvent les yeux et les sourcils sans vous en rendre compte. Il faut également revoir régulièrement votre correction oculaire et vous munir de lunettes de soleil couvrantes car les UV abiment également le cristallin et sont source de cataractes.

Lorsque les rides sont installées, on peut proposer des injections de toxine botulique voire d’acide hyaluronique afin d’immobiliser les muscles et/ou de combler les sillons existants.

L’autre pourvoyeur de ridules est l’air conditionné, asséchant particulièrement les peaux claires ou réactives. Il faut alors éviter de travailler juste sous l’aération, penser à boire régulièrement (1,5 litre d’eau par jour) afin d’hydrater votre peau de l’intérieur, et choisir une crème riche qui soit nourrissante sans être occlusive.

Enfin, on ne le répètera jamais assez, le stress lié à l’ambiance de travail, aux transports ou aux mauvaises habitudes alimentaires , retentit sur tous les organes et est particulièrement visible au niveau de la peau : teint terne, pores dilatés (voire acné), traits tirés, peau qui s’affine…Tout ceci constitue un signal d’alerte qui doit vous faire – si possible- repenser vos conditions de travail. Prévoir une pause zen au thé vert dans l’après-midi, apporter son repas préparé à la maison, décaler ses horaires de travail pour éviter les bouchons, sont autant de petites mesures choisies par certains pour limiter les stress du travail. Quand les dégâts commencent à se voir toutefois, votre dermatologue peut vous aider à trouver les soins qui permettront d’entretenir la vitalité et l’éclat de votre peau.

Enfin, il ne faut pas oublier que l’amélioration des conditions de travail bénéficie à tout l’organisme, la peau ne reflétant que ce qui se passe à l’intérieur…vous serez donc gagnante sur tous les plans !


Photo

lundi, 17 octobre 2011

LES FAUSSES BONNES IDEES EN DERMATO

Prendre soin de sa peau est comme la cuisine, un peu intuitif, un peu approximatif parfois.. Mais dans la quête de l’autonomie et de l’autogestion de ses soins, l’intuition des patients n’est pas toujours la bonne. Voici une petite liste des gestes qui pourraient vous séduire mais qu’il vaut mieux éviter…

fausses bonnes idees

  • S’acharner sur un bouton d’acné pour la faire partir plus vite. Non, vous risquez de vous faire une marque plus visible, plus longue à cicatriser, voire une vraie cicatrice en cupule. De plus, il a été démontré que le fait de triturer une zone acnéique entrainait la libération de médiateurs chimiques générant de nouvelles lésions d’acné. Autrement dit, vous excitez la zone qui crée de nouvelles lésions d’acné côte à côte.
  • Faire des UV pour « préparer sa peau au soleil ». Idée un temps défendue par le corps médical, mais depuis abandonnée lorsqu’on a constaté que les UVA (ceux qui sont délivrés en cabine, comme ceux du soleil) étaient impliqués dans la survenue de cancer de peau et le vieillissement prématuré (rides, taches, relâchement…). Pourquoi donc iriez-vous grignoter et amputer votre maigre capital solaire de cette façon ? si votre peau n’est pas faite pour le soleil, une crème solaire et un chapeau sont plus utiles que le bombardement des UV.
  • Décolorer les poils du visage en attendant une séance d’épilation laser. Normalement le médecin que vous vu lors du rendez-vous d’information a dû vous dire que le laser se fixe sur les poils noirs pour les détruire. Si vous les décolorez, ils deviennent transparents pour le laser. Il faut donc arrêter les décolorations (et l’arrachage bien sûr) 3 semaines avant le RDV d’épilation.
  • Poncer et racler une verrue active. Une verrue récente ou qui s’étend est pleine de virus HPV, et en la raclant , vous contaminez vos instruments, au risque de disséminer les lésions. Le décapage chimique doit donc être préféré pour ces lésions, ou leur destruction à l’azote liquide.
  • Utiliser son rasoir ou son épilateur quand on a des petits boutons sur les jambes. Les folliculites (petite infection du follicule pileux) se disséminent très bien par le biais d’une lame de rasoir ou d’un épilateur. Il vaut donc mieux désinfecter les lésions et attendre leur disparition (sans les manipuler !) avant de vous occuper des poils.

Source photo

lundi, 28 février 2011

LES BENEFICES D’UN REGIME SUPPLEMENTE EN PROBIOTIQUES ET CAROTENOIDES SUR LES DEGATS CUTANES INDUITS PAR LES UV

régimes probiotiques

Cet article est destiné à celles et ceux qui s’intéressent à la nutrition…et sont fiers de voir que des équipes françaises peuvent publier dans des journaux d’envergure. Le Lactobacillus johnsonii (La1) protège l’équilibre su système immunitaire cutané après exposition aux UV. Se basant sur ce fait, des chercheurs français ont cherché à évaluer les effets d’une supplémentation alimentaire combinant du La1 et des caroténoïdes sur les dégâts précoces induits par les UV. Différents essais ont été menés, soit avec des UV artificiels, soit avec des UV naturels, sur 139 jeunes femmes à peau claire, après 10 semaines de supplémentation.

Les résultats montrent que cette combinaison de probiotique et caroténoïdes réduit les dégâts cutanés induits précocement par les UV naturels ou artificiels. Les auteurs suggèrent que cette combinaison a peut –être également un impact sur la réduction à long terme des signes de vieillissement induits par le soleil. Bien sûr, ce ne sont que des résultats préliminaires, et nous attendons tous les résultats à plus long terme sur la survenue (on l’espère la diminution) des cancers cutanés induits par le soleil, de même que des études comparant les effets du La1 seul contre les caroténoïdes dont les effets photoprotecteurs sont connus depuis longtemps. En attendant d’avoir tout cela dans nos yaourts, il est toujours recommandé aux peaux claires de ne pas faire d’UV en cabine et de bien se protéger du soleil en période estivale.

Source : Bouilly-Gauthier D. Clinical evidence of benefits of a dietary supplement containing probiotic and carotenoids on ultraviolet-induced skin damage. Br J Dermatol. 2010; 163(3): 536

lundi, 13 décembre 2010

BRONZAGE EN CABINE : POURQUOI LES DERMATOLOGUES Y SONT FAROUCHEMENT OPPOSES

bronzage cabine

Fini le temps où l’on pensait que l’on prépare sa peau au soleil par de séances d’UV en cabine, ringarde la mode du bronzage per-annuel, terminé le règne des UVA que l’on sait aujourd’hui cancérigènes.

2010 est une année charnière dans le combat contre les bancs solaires . Pour ceux qui sont passés à côté, je rappelle quelques termes du rapport publié par la Commission Européenne le 12 février 2010 :

  • 1 banc solaire sur 7 n’est pas aux normes
  • et dépasse les limites de sécurités en matière de rayonnement UV,
  • les informations figurant sur les bancs solaires sont souvent insuffisantes,
  • et les consommateurs ne reçoivent pas assez d’informations sur les risques liés aux UV en cabine et l’interdiction faite aux mineurs.

A ceux qui en doutent encore, voici un bref rappel des « bienfaits » des UV :

  • Induction de cancers de la peau.
  • Vieillissement cutané (héliodermie) accéléré : rides, taches brunes, couperose, peau jaunie.
  • Risque oculaire : kératite par brulure de la cornée, cataracte par expositions répétées.
  • Induction d’une dépendance (tanorexie) : cette pathologie psychiatrique est de découverte récente (2008 ) et concernerait un tiers des utilisateurs de bancs solaires.
  • Risque de brulures induites par la prise de certains médicaments ou l’application de certains cosmétiques.

Voilà pourquoi il est impératif que :

  • Les mineurs ne fréquentent pas ces centres, les dégâts solaires réalisés dans l’enfance faisant le lit des cancers de peau.
  • Les personnes à peau claire et/ou yeux clairs ne rajoutent pas des doses d’UV supplémentaires à celles qu’elles reçoivent déjà de la lumière naturelle.
  • Les personnes ayant un antécédent personnel ou familial de cancer de la peau et les immunodéprimés ne s’exposent pas aux UV.

Et que l’on arrête de nous avancer de faux arguments (on pourrait en faire un bêtisier !) qui cachent mal des intentions purement commerciales.

Références :
- Heckman CJ. Am J Health Behav. 2008;32(5): 451 - Mosher CE. Arch Dermatol.2010;146(4):412

Source photo

lundi, 4 octobre 2010

LES AMERICAINS ET LE SOLEIL EN 2010

Selon les résultats d’un sondage réalisé début 2010 aux USA auprès de dermatologues et patients, la majorité des Américains n’a pas une attitude sécuritaire vis à vis du soleil.

americains et soleil

Ceci pose un problème de santé publique dans un pays où un habitant sur cinq va développer un cancer de la peau, ce qui est qualifié dans les médias locaux « d’ épidémie».

Ce sondage a été réalisé en ligne en 2010, auprès de 256 dermatologues américains et 2222 adultes représentatifs de la population américaine. Les résultats pointent le fossé entre les recommandations données par les dermatologues et le comportement du public. Ils montrent que seul un américain sur 5 met quotidiennement un écran solaire, bien que 94% d’entre eux connaissent les méfaits d’une exposition prolongé au soleil. De façon surprenante, les autres règles d’hygiène de vie ( alimentaires en particulier) semblaient largement respectées.

Le président de l’American Society for Dermatologic Surgery (ASDS), recommande quant à lui de «mettre un écran solaire le matin de façon aussi automatique de l’on met sa ceinture en voiture», et ce 365 jours par an.

Ces résultats appellent de nombreux commentaires: ils seraient à comparer état pat état (il y a de grosses différences d’ensoleillement entre Hawaï, la Floride, et le Montana ou l’Alaska par exemple); de même, il faut distinguer les différences de comportement liés à la couleur de la peau.

On reconnait également l’attitude un peu excessive des américains: porter un écran solaire en permanence semble difficilement réalisable, et le faire en hiver ne présente aucun intérêt dans les états du nord.

Enfin, les chiffres alarmants de statistiques des cancers de peau peuvent également partiellement s’expliquer par l’engouement des jeunes (en particulier les adolescents) pour les bancs solaires. Un des combats des autorités sanitaires doit donc aussi se tourner vers cela.

Liens :
http://www.worldpressonline.com/en/press_release.asp?ID=24611&MBS_ID=6962
http://csh.neutrogena.com/

Source photo

lundi, 24 mai 2010

QUELQUES IDEES RECUES (A COMBATTRE) EN COSMETIQUE

cosmetique

Les soins de la peau, tout le monde a compris, on en a besoin et envie, mais compte-tenu de ce que j’entends parfois en consultation, il semble qu’une petite mise à jour soit nécessaire pour vous permettre de faire le bon choix…
En vrac, on me rapporte donc régulièrement :

  • « Oh non, je n’ai pas la peau sèche, je mets de l’huile régulièrement ». Bon, alors sachez que l’huile n’hydrate pas. Elle réalise un petit film protecteur qui empêche la déshydratation de la peau, elle peut apporter des acides gras qui permettent une meilleure imperméabilité de la barrière cutanée, mais pour les peaux qui ont besoin d’être réhydratées, c’est insuffisant.
  • « J’ai l’impression d’avoir la peau du visage sèche et grasse à la fois, alors que ce n’est pas possible ». Et bien si, c’est possible, en particulier si vous décapez votre peau pour traiter le côté « gras » ou acnéique. Agressée, la peau fabrique de sébum pour reconstituer la barrière endommagée par vos soins et se protéger. La solution est dans l’usage de nettoyants doux pour le visage et d’une crème adaptée à votre peau en fonction de la saison et des agressions qu’elle reçoit.
  • « Je ne mets rien sur le visage, j’ai peur d’avoir des boutons ». A part les produits franchement occlusifs et gras (vaseline, huiles, etc…), il est rare d’avoir aujourd’hui un cosmétique comédogène. Dans le doute, préférez les textures fluides et les acides de fruits (AHA), qui sont exfoliants.
  • « Bien sûr que je mets de l’écran solaire pour limiter mes tâches, tous les matins, de l’indice 20 ». Bon, soyons clairs, si vous souhaitez traiter vos tâches, le minimum requis est un indice SPF 50+, avec un bon indice UVA car les UVA font pigmenter la peau.

En pratique le rapport UVB/UVA indiqué sur le produit doit inférieur ou égal à 3. Je vous conseille les grandes marques de pharmacie pour des produits de qualité.

Voilà de quoi combattre quelques idées reçues et quelques mauvaises habitudes…

lundi, 22 juin 2009

QUELLE CREME SOLAIRE ADOPTER POUR MA PEAU ?

Lorsqu'on a une peau intolérante au soleil ou une pathologie qui nécessite une protection solaire, le choix d'une crème solaire relève parfois du casse-tête. Alors voici quelques conseils pour y voir plus clair.
Lire la suite sur Mon Site Beauté