Dermatologie et Esthétique

Le docteur Nina Roos vous
accueille aussi sur son site
docteurninaroos.fr

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, 26 septembre 2011

COMMENT SE DEBARRASSER D’UN BOUTON ?

Toujours prompt à sortir lorsqu’il ne le faut surtout pas, le gros bouton – lésion inflammatoire d’acné – est LA catastrophe à éviter les jours de rendez-vous.

débarasser bouton

Malheureusement, lorsque cela arrive (on dirait qu’ils font même exprès parfois…), inutile de s’exciter dessus, vous ne ferez que vous arracher la peau, et risquez de vous faire une cicatrice. Voici plutôt ce qui peut vous aider à résorber la lésion en une nuit. Dans les produits de votre pharmacie qui ont fait leur preuve, vous pouvez utiliser les produits alcoolisés, qui vont sécher le bouton, à force de répéter les applications : alcool de 70 à 90 °, Erythrogel ou Dalacine Topic (sur ordonnance)…

Parmi les produits de cosmétiques, je conseille d’avoir chez soi de l’argile verte pour les peaux acnéiques : en masque hebdomadaire cela exfolie le visage et atténue les lésions rétentionnelles, et en cas de gros boutons, un « emplâtre » à laisser poser toute la nuit diminuera significativement la taille de la lésion. Pour les paresseuses, il en existe un tout prêt chez Sanoflore (le masque purifiant) : une noisette le soir sur le bouton, tout simplement.

Si vous avez régulièrement des lésions inflammatoires, je vous conseille de vous munir d’un crayon stop-bouton (ex : Kéracnyl Stop Bouton de Ducray), à emporter dans le sac ou la trousse pour renouveler les applications dans la journée. Une petite visite chez le dermatologue permettra également de mettre en route un traitement de fond de votre acné.

Enfin, si vous n’avez rien d’autre sous la main, sachez qu’une bonne noisette de dentifrice le soir peut aussi suffire à désenflammer les lésions kystiques. Ne pas oublier de bien nettoyer le matin, car ça colle…

Et si vous vous maquillez, une bonne crorrection de la couleur peut être obtenue avec l’application successive d’un crayon ver, puis beige (ex : gamme Couvrance chez Avène), puis de votre fond de teint.

lundi, 20 juin 2011

UNE AVANCEE DANS LA COMPREHENSION DE LA ROSACEE

UNE AVANCEE DANS LA COMPREHENSION DE LA ROSACEE



Motif fréquent de consultation en dermatologie, la rosacée est une pathologie caractérisée par une inflammation chronique de la peau du visage qui peut beaucoup impacter la qualité de vie. Au programme de ces peaux sensibles: rougeurs plus ou moins permanentes, couperose, épisodes de flushes (rougissement brutaux du visage), petits boutons rouges ressemblent à de l’acné, voire une atteinte oculaire.
Les traitements actuels font globalement appel aux cosmétiques apaisants, aux antibiotiques et aux lasers vasculaires. Parfois de petites doses d’isotrétinoïne, prescrite hors Autorisation de Mise sur le Marché, est l’ultime recours lorsque plus rien n’y fait.

Des publications récentes viennent éclairer un peu la compréhension de cette affection bénigne mais très pénible. Une équipe de l’université de San Diego, Californie, a récemment mis en évidence que des altérations des réponses immunitaires entre en jeu dans la survenue des altérations vasculaires et inflammatoires de la rosacée. D’autre part, cette équipe a mis en évidence que l’excès de certaines enzymes et protéines des couches supérieures de la peau (les Stratum Corneum Tryptic Enzymes et la cathelicidine) participent aux symptômes de la maladie. Enfin, la suractivation des récepteurs de l’immunité TLR2 est également impliquée, comme dans l’eczéma atopique.

Si cela ne veut rien dire de concret pour les patients pour l’instant, il faut entrevoir les débouchés thérapeutiques que cela représente : de nouvelles cibles à viser avec des médicaments et des cosmétiques dans les années qui viennent. Donc d’autres armes pour aider des patients bien souvent résignés.

Sources :

  • Yamasaki K. TLR2 Expression Is Increased in Rosacea and Stimulates Enhanced Serine Protease Production by Keratinocytes. J Invest Dermatol. 2010 Nov 25. Epub ahead of print
  • Yamasaki K. The molecular pathology of rosacea. J Dermatol Sci. 2009;55(2):77-81

lundi, 14 mars 2011

LE TOP 10 DES INGREDIENTS BOTANIQUES DANS LES CREMES ANTI-AGE

ingrédients botaniques ingrédients botaniques 2
Parmi les extraits de plantes retenus pour leurs effets anti-age, certains se distinguent du lot. La liste ci-dessous, loin d’être exhaustive, n’exclut pas l’existence d’autres composés actifs, mais est plutôt destinée à celles qui cherchent de l’anti-age dans des produits plus naturels ou traditionnels.

  • Rosmarinus officinalis ou romarin, pour les peaux relachées ou fatiguées.
  • Vitis vinifera ou extraits de pépins de raisins car les polyphénols qu’ils contiennent luttent contre le stress oxydatif.
  • Oenothera biennis ou onagre bisannuelle, elle contient des acides gras essentiels qui aident à l’hydratation de la peau.
  • Glycyrrhiza glabra ou réglisse glabre, pour ses propriétés hydratante et anti-oxydantes.
  • Aframomum angustifolium (longoza plant) ou maniguette fine pour ses vertus stimulantes sur la collagénèse.
  • Diosgénine ou igname sauvage, pour son rôle de phyto-œstrogène, donc destinée au femme ménopausées sans traitement hormonal substitutif.
  • N6 furfuryladenine ou kinétine, pour son action anti-oxydante, aidant à luttre contre les dégâts cellulaires provoqués par les radicaux libres.
  • Ergothionéine, autre anti-oxydant piégeur de radicaux libres.

Et c’est encore mieux si votre alimentation est équilibrée et riche en anti-oxydants. En tout cas vous n’avez plus d’excuse pour manquer d’inspiration à la fête des mères !

Source: Cronin H. Top ten botanical ingredients in anti-ageing creams. J Cosmet Dermatol. 2010; 9(3): 218

lundi, 26 avril 2010

LES MECANISMES DU VIEILLISSEMENT FACIAL

Vieillissement facial

Parmi les sujets qui fâchent, celui-ci est un des préférés des dermatologues, mais lorsqu’on entreprend une démarche d’information en esthétique, il y a des vérités qu’il vaut mieux connaître.
Lire la suite sur Mon Site Beauté.