Dermatologie et Esthétique

Le docteur Nina Roos vous
accueille aussi sur son site
docteurninaroos.fr

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - rougeurs

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, 27 mai 2013

UNE NOUVELLE APPROCHE THERAPEUTIQUE DANS LA ROSACEE

news_rosacee.png

En dehors des lasers, aucun traitement actuel ne s’attaque à la composante vasculaire de la rosacée. Mais le laser vasculaire n’est pas remboursé. Or l’érythème, ces rougeurs permanentes du visage, sont socialement dérangeantes et font le lit de l’irritabilité future de la peau. Il est donc important de les prendre en charge pour limiter l’évolution de la rosacée. Une étude récente met en évidence l’intérêt d’utiliser un vasoconstricteur local dans la prise en charge de la composante vasculaire de la rosacée.

Lire la suite sur Mon Site Beauté.

lundi, 27 août 2012

ROSACEE : LES DERNIERES DECOUVERTES DE LA SCIENCE

rosacee.jpg

Même si l’on considère parfois que les rougeurs du visage ne sont « qu’un problème d’ordre esthétique », sachez que différentes équipes de chercheurs dans le monde essaient de comprendre ce qui se passe dans ces peaux instables et réactives.

Des avancées récentes ont été réalisées à l’université de San Francisco (Dr Akihiko Ikoma). Il semble en effet que des dysfonctionnements du système nerveux soient liés aux rougeurs et aux boutons de rosacée.

Ces chercheurs ont mis en évidence sur des biopsies de peau que les patients souffrant de rosacée avaient des canaux ioniques TRP anormaux au niveau cellulaire. Or ces canaux sont primordiaux pour le bon fonctionnement du système nerveux périphérique. Par exemple, il a été démontré que les canaux TRPV1 pouvaient être activés par la capsaïcine ( une substance retrouvée dans la nourriture épicée), la chaleur ou une inflammation locale. Il a été démontré que les canaux TRPV4 pouvaient également être activés par la chaleur, ce qui pourraient entrainer les épisodes de rougissement brutaux (flush) et sensations de brulures .

Les chercheurs ont également trouvé que les patients présentant une rosacée érythémato-télangiectasique (couperose sans bouton donc où prédominent les rougissement brutaux) avaient au niveau du système immunitaire une réactivité exagérée des canaux TRPV2 et 3, de même qu’une surexpression des gènes des canaux TRPV1.

Les patients présentant une rosacée papulopustuleuse présentaient une hyperréactivité du système immunitaire pour les canaux TRPV2 et 4, et une surexpression des TRPV2.

Les canaux nerveux TRP pourraient donc être une cible future pour les recherches à visée thérapeutique.

Par ailleurs une étude séparée réalisée à l’université du Michigan (Dr Yolanda Helfrich) a montré que les patients avec une rosacée érythemato-télangiectasique avaient un plus grand nombre de mastocytes (cellules immunitaires de l’inflammation), déchargeant leur contenu dans la peau, autour des vaisseaux et petits nerfs. Ils pourraient donc être impliqués dans les flushes. Ces anomalies n’ont pas été retrouvés dans les peau où la couperose résultait du simple vieillissement induit par le soleil, suggérant que la présence des vaisseaux sanguins seuls ne suffisait pas pour conduire à la rosacée.


Lien: www.rosacea.org


Photo