Dermatologie et Esthétique

Le docteur Nina Roos vous
accueille aussi sur son site
docteurninaroos.fr

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - injection

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, 7 février 2011

BEAUTE DES OREILLES : QUAND TOUS LES DETAILS COMPTENT

oreilles

Dans les multiples domaines d’extension des applications des fillers résorbables, le plus récent concerne l’injection du lobe des oreilles. Eh oui, un lobe bien galbé est un signe juvénile ! Ce n’est pas la première chose à laquelle on pense quand on parle des volumes du visage, mais les lobes sont également soumis au vieillissement de multiples façons :

  • Vieillissement intrinsèque, programmé, et ce d’autant plus qu’il n’y a ni os ni cartilage pour soutenir le derme.
  • Vieillissement extrinsèque, du fait des UV, du tabac, et des agressions mécaniques principalement.

Du coup, affaissement, perte de substance, taches et ridules viennent trahir ou marquer le cours du temps. Les fillers résorbables sont dans ce cas destinés à galber le lobe, permettre une meilleure tenue des boucles d’oreilles ou faire apparaitre un trou de perçage plus petit. Et si les injections d’acide hyaluronique ne sont pas pratique courante en France, elles sont définitivement plus répandues aux Etats-Unis. Quant à savoir si nous en arriverons un jour là, c’est une autre histoire.

Source photo

lundi, 24 janvier 2011

REVANCE: LA TOXINE BOTULIQUE …EN CREME

Toxine Botulique en creme

C’est LA dernière grande nouveauté concernant la recherche sur la toxine botulique : l’année dernière, la société américaine Revance Therapeutics annonçait que leur toxine botulique de type A topique (c'est-à-dire à usage local, en gel ou crème), en cours d’étude pour le traitement des rides de la patte d’oie contre placébo, s’était déclarée efficace et sure lors d’une étude clinique. Plus de 200 patients avaient alors été traités.

Ce gel a été développé pour réduire les rides de la patte d’oie. Il est également à l’étude pour le traitement de l’hypersudation. Tout comme la toxine injectable (communément appelée « botox », même si ce terme fait en fait référence à une marque), il agit au niveau musculaire en relaxant le muscle ciblé temporairement. Il n’est donc pas question de l’appliquer largement sur l’ensemble du visage, comme une crème. Ce geste demandera de la précision et sera réservé à un usage médical ( a priori). Il ne faut probablement pas s’attendre à des résultats similaires à ceux obtenus avec les injections, mais cela peut représenter une alternative lorsqu’il y a une contre-indication à réaliser une injection…ou chez les phobiques de l’aiguille.

La société Revance a également annoncé le démarrage d’ études pré-cliniques concernant une nouvelle toxine botulique de type A destinée aux injections. De quoi venir concurrencer les quelques géants qui se partagent le marché.

A suivre avec beaucoup d’intérêt sur le site de Revance.

Lien et source photo: Revance

lundi, 30 août 2010

SELPHYL ™: LE DERNIER-NE DE LA TECHNOLOGIE DES PLASMAS RICHES EN PLAQUETTES

Selphyl

Les plus pointus d’entre vous doivent être au courant des méthodes de stimulation de la peau par injection de plasma centrifugé pour en extraire un concentré de plaquettes. Et bien, les technologies les plus récentes vont encore plus loin.

Le système SELPHYL a l’agrément de la FDA. Il s’agit d’un kit permettant, à partir d’un échantillon de sang prélevé sur le patient, de récolter plaquettes et fibrine sous forme de liquide, gel ou membrane pour stimuler localement la croissance des tissus. Ce système est utilisé en chirurgie plastique, orthopédique et maxillo-faciale.
Concrètement, on prélève un échantillon de sang (comme lors d’une prise de sang) qui sera centrifugé afin d’en extraire fibrine et plaquettes. Ces deux éléments seront ensuite mélangés à un catalyseur afin d’activer leur polymérisation et de former une matrice riche en plaquettes et en fibrine. Cette matrice permet de maintenir au site d’injection des plaquettes intactes durant plusieurs jours, ce qui permet une libération prolongée des facteurs de croissance tissulaire contenus dans ces plaquettes.

Pour l’instant, si le laboratoire rapporte plus de 45000 procédures dans le monde, il n’y a pas encore d’études comparatives entre ce système et les autres technologie de Plasma Riche en Plaquettes.

Lien : http://www.selphyl.com/

lundi, 16 août 2010

LES CERNES : QU’EST-CE QUI MARCHE VRAIMENT ?

cernes

Zone de toutes les demandes, le pourtour orbitaire au sens large est aussi la zone de toutes les déceptions, voire de bien des incidents. Quand une patiente arrive en me demandant ce qu’on peut faire pour ses cernes, la première des questions que je lui pose est si nous parlons bien de la même chose. En effet, les « cernes » font références aussi bien à la notion de volume (poches, ou au contraire creux), que de couleur.

On distingue donc les problèmes liés à la coloration (cernes violacés, cernes pigmentés), les problèmes de ridules ( généralement dus à une finesse de la peau et à l’action du muscle orbiculaire qui froisse la patte d’oie), les problèmes de poches ou de creux. L’insatisfaction de bon nombre de patient(e)s après un traitement des « cernes » tient au fait que parfois médecin et patient ne se sont pas compris sur la nature du problème à traiter, et par ailleurs, que la zone est délicate.

Si l’on veut schématiser, il est plus facile de traitre les problèmes de volumes que ceux de couleurs. Des poches sous les yeux requièrent un traitement chirurgical (blépharoplastie inférieure), des cernes creux peuvent être remplis par des injections d’acide hyaluronique ou de graisse.

Les ridules peuvent répondre à la toxine botulique au niveau des pattes d’oie, et à la mésothérapie qui hydrate et stimule la peau, ou aux lasers de resurfacing.

Les cernes colorés enfin, posent le plus de problèmes. Si certains patients ont de très bon résultats, ils ne sont pas forcément reproductibles. Les cernes violacés, d’origine vasculaire, peuvent être estompés par les injections de comblement , à condition de ne pas avoir de poches. Certaines crèmes méritent aussi d ‘être essayées : Cernor XO (Auriga), Diopti Cernes (Liérac), Aqualia Thermal Roll On Yeux (Vichy), Gel et Masques antipoches E.Y.E.S.(Bausch&Lomb). Quant aux cernes sombres, certains essayent les dépigmentants, d’autres les lasers fractionnés, d’autres le relissage laser. Le résultat n’est pas toujours probant, et il convient d’en avoir informé le patient au préalable.

Le maquillage enfin, peut apporter des solutions : on retiendra qu’il faut estomper les poches avec des teintes foncées (pour « enfoncer le volume » disent les maquilleurs), et donner du volume avec les teintes claires. Vous avez donc compris que la zone est difficile, fragile, qu’elle demande souvent l’association de compétences médicales et chirurgicales, et qu’il faut savoir renoncer quand les résultats n’arrivent pas ou que la demande est irréalisable.

Source photo : http://petitefleurfragile.skynetblogs.be/archive-week/2009-09

lundi, 19 juillet 2010

LE BOTOX SANS AIGUILLE ?

injection sans aiguilles

Le laboratoire Revance ouvre une piste de traitement pour les problèmes d’hypersudation des aisselles avec une publication concernant une crème à la toxine botulique. Dans cette étude, 12 patients ont reçu sur une aisselle une crème contenant de la toxine botulique de type A et une protéine-véhicule assurant son transport au sein de la peau, sur l’autre aisselles, une crème contenant le seul véhicule. Quatre semaines, après, le côté traité par toxine affichait une réduction de la transpiration de 40%.

Quant au traitement des rides, les études sont en cours concernant la zone de la patte d’oie. Pour l’instant, ce médicament n’a pas (encore) d’approbation FDA, et n’est donc pas commercialisé. Son utilisation sera vraisemblablement restreinte aux médecins pour ce qui est du visage.

Lien : http://www.revance.com/411-revance-announces-efficacy-of-topical-botulinum-toxin-type-a-for-the-treatment-of-facial-wrinkles

Source photo : http://botox.over-blog.fr/

lundi, 5 juillet 2010

QUE FAUT-IL ATTENDRE DES LASERS FRACTIONNES DANS LE TRAITEMENT DES RIDULES ?

laser fractionne

Les lasers fractionnés sont une grande famille d’appareils non équivalents. Ils ont en commun d’avoir un tir tamisé, pixélisé : de micro-intervalles de peau saine existent entre les points d’impact du laser.

Certains de ces lasers ont une action principalement ablative...

Lire la suite sur Mon Site Beauté.

lundi, 17 mai 2010

LEVRES ET TOUR DE BOUCHE : CE QU’IL FAUT SAVOIR AVANT DE SE FAIRE TRAITER

levres et tour de bouche

Dans la série des bonnes résolutions de cette année, nombre d’entre vous envisage les injection de comblement des lèvres, ou le défroissage du « code barre » qui orne leur lèvre supérieure.
Si ces actes sont de réalisation courantes en dermatologie, ils sont revanche un peu plus techniques que le comblement des sillons nasogéniens. Je vous renvoie au billet précédent sur ce qu’il faut savoir des contre-indications à ces injection.

Concernant le produit à injecter, cette fois, il y a moins de candidats. Il s’agira forcément d’un acide hyaluronique fluide à moyen dans cette zone sensible et à la peau fine. Pas questions d’utiliser des produits destinés à des injections profondes ou très volumatrices, ils sont contre-indiqués dans cette zone car plus grands pourvoyeur d’effets secondaires, et donnant de plus des résultats pas très esthétiques.
Si votre crainte est celle d’avoir une bouche trop gonflée, pas d’inquiétude : les acides hyaluroniques moyennement réticulés offrent des résultats naturels, souples, invisibles pour qui ne vous connaitrait pas. Concernant le volume à prévoir, c’est à définir avec votre dermatologue, mais on utilise en général une à deux seringues, soit 1 à 2 ml. La plupart des françaises désirant un look naturel, les médecins de l’hexagone ont l’habitude de ne pas avoir la main trop lourde.

Là encore, je vous conseille de vous faire remettre après l’injection l’étiquette du produit qui vous a été injecté. La tenue d’un « carnet de beauté », avec la date et le nom de ce qui a été fait est conseillé chez les patientes et patients réguliers, cela facilite la prise en charge si vous êtes amené(e) à consulter différents praticiens.

Source photo