Dermatologie et Esthétique

Le docteur Nina Roos vous
accueille aussi sur son site
docteurninaroos.fr

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - cicatrice

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, 31 mars 2014

COMMENT EVITER LES CICATRICES D’ACNE

cica_acne.png

Les cicatrices d’acné peuvent survenir en dehors de toute manipulation des lésions, en particulier lorsque les boutons sont profonds, douloureux et inflammatoires. Le mieux est donc d’agir très précocement, dès qu’un bouton de ce type apparait, afin d’éviter une marque disgracieuse. La stratégie sera de limiter l’inflammation de la lésion ; il y a différentes façon de procéder.

Au stade débutant : vous sentez qu’un gros bouton va éclore. Il existe une petite lésion dure, douloureuse, pas encore très visible, mais vous la sentez. Il faut absolument éviter de faire exploser ce bouton : à ce stade il n’y a pas de pus, donc vous risquez de vous acharner alors que rien ne va sortir de ce maudit bouton. Et vous risquez d’aggraver beaucoup les choses. Le mieux est au contraire de chercher à limiter l’inflammation en appliquant régulièrement des soins anti-inflammatoires. Les crayons stop-boutons (type Kéracnyl chez Ducray), l’argile, l’érythromycine en gel voire… le dentifrice aident beaucoup à désenflammer. Evitez les substances irritantes comme l’alcool ou les désinfectants, car ils vont décaper la peau et risquent de créer rougeurs et taches.

Au stade pleinement inflammatoire : le bouton est dur, visible, une pointe blanche apparait. Il faut résister à la tentation d’accélérer les choses en manipulant le bouton. Certes, vous réussirez peut-être à le percer, mais c’est à ce stade que le risque de cicatrice en creux est le pus grand. De plus, le fait de tripoter ce bouton risque de provoquer de nouveaux boutons tout autour. Si toutefois vous avez l’impression qu’un kyste se forme, il faut consulter en dermatologie rapidement : la prescription d’antibiotiques ou l’incision du kyste sont à discuter.

Au stade où le bouton diminue : laisser le tranquille ! S’il y a une croute, il ne faut pas l’arracher, ça risquerait de laisser une marque rouge ou brune. L’application d’écran solaire non gras peut être utile en été pour éviter les taches sur les peaux mates ou foncées.

lundi, 6 février 2012

UN NOUVEAU POLYMERE POUR AMELIORER LA CICATRISATION ?

nouveau_polymere.jpg

Ce sont les résultats préliminaires d’une étude publiée l'année dernière dans une revue de chirurgie.
Des chercheurs et chirurgiens américains de l’université de Stanford ont en effet mis au point une sorte de feuille de silicone destinée à améliorer l’aspect des plaies chirurgicales récentes, en particulier lorsqu’existent des forces de tension localement qui interfèrent avec la cicatrisation. Si le silicone et la compression des cicatrices ne sont pas nouveaux (chéloïdes et cicatrices hypertrophiques), ce dispositif semble ouvrir des pistes intéressantes.

Normalement, après le retrait des sutures, la peau cicatricielle est soumise à des tensions dans différentes directions, causant l’élargissement de la cicatrice, mais aussi son épaississement (la peau forme du tissu cicatriciel pour s’adapter à ces tensions).
Avec ce dispositif, il s’agit en fait de modifier l’environnement de la cicatrice par des manipulations mécaniques à l’aide d’un dispositif fin de silicone élastique dans le but de réduire la formation de la cicatrice, après l’ablation des fils. Il y a donc des forces de compression réparties de façon uniforme sur la cicatrice.

Ceci est donc particulièrement intéressant pour les plaies soumises à des tensions importantes (typiquement le dos). Pour l’instant , les résultats chez le porc et chez une poignée de volontaires humains sont intéressants, tant sur l’aspect visuel que sur lors de l’analyse microscopique.
Il faut bien sûr attendre la suite des études, à plus grande échelle, avant de pouvoir conclure, mais l’on peut déjà se réjouir que les universitaires s’intéressent aux cicatrices, dont l’aspect esthétique ne fait pas toujours partie des préoccupations des chirurgiens.

Lien

Photo

lundi, 5 décembre 2011

POURQUOI JE NE DOIS PAS TRITURER MES BOUTONS D’ACNE…

triturer bouton


Ce geste bien tentant, tout le monde l’a déjà réalisé, de s’acharner sur un bouton mais si les dermatologues mettent autant d’ardeur à vous en dissuader, c’est qu’il y a des raisons…

La première, la plus importante, est qu’à force d’excorier votre acné, vous risquez de ressembler à la jeune anglaise de la photo… : des cicatrices que l’on va peiner à faire totalement disparaitre.

Car malgré toutes les techniques actuelles, tout n’est malheureusement pas rattrapable.

La deuxième est que l’acné étant une maladie inflammatoire, la manipulation des lésions entretient cet état en générant de l’inflammatoire, de l’irritation. Autrement dit, les manipulations excitent la zone qui se remet à fabriquer des boutons.

Enfin, vous ne devriez pas triturer ces lésions car un bouton malmené peut être beaucoup plus difficile à camoufler : la présence d’une croute gène la tenue du maquillage. De plus, une lésions manipulée va mettre plus de temps à cicatriser, souvent avec une marque rouge résiduelle.

A l’arrivée donc, en partant d’un malheureux bouton manipulé, on obtient donc facilement une multiplication des lésions, et des cicatrices pas toujours traitables. Il n’est donc pas sûr que soyez gagnante en fin de compte…

lundi, 26 octobre 2009

LA TOXINE BOTULIQUE POUR PREPARER DE BELLES CICATRICES ?

C'est en effet la question que se posent certains chirurgiens amenés à opérer des tumeurs du visage.

La toxine botulique agit en bloquant la transmission de l'information au niveau de la jonction neuromusculaire. Ses effets sont transitoires, de l'ordre de quelques mois, et permettent donc d'atténuer les contractions du muscle injecté. Or le visage est un zone très mobile, où il est difficile de contrôler volontairement ses muscles. Ces mouvements provoquent des tiraillements et tensions qui gênent la cicatrisation, élargissent la zone suturée etc… Celles et ceux à qui l'on a retiré des grains de beauté dans le dos ou sur le genou le savent bien: la cicatrice est souvent large et disgracieuse. Sur le visage, la plupart du temps, la peau est assez laxe pour permettre une suture de qualité. Cependant, en chirurgie reconstructrice sur le visage, il n'y a pas toujours assez de laxité.
D'où l'idée de certains auteurs (Flynn. Dermatol Surg,2009) de mettre au repos certains muscles pendant la phase de cicatrisation après un geste délabrant. Les bénéfices sont bien sûr à mettre en balance avec les effets secondaires, et le geste est discuté au cas par cas, mais il peut s'agir d'une chance supplémentaire d'atténuer les cicatrices du visage.