Dermatologie et Esthétique

Le docteur Nina Roos vous
accueille aussi sur son site
docteurninaroos.fr

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, 28 novembre 2011

L’EPILATION LASER ET LES PEAUX SOMBRES

Il est maintenant bien connu du monde médical que les individus de peau foncée peuvent se faire épiler au laser de façon sécuritaire.
peaux sombres

Cependant bon nombre de patients s’inquiète encore des effets secondaires ou pensent que le laser n’est pas réalisable sur peaux sombres. Un article publié en septembre 2011 fait état des connaissances des Afro-Américains sur l’épilation laser.
Les résultats de ce sondage réalisé sur 221 sujets montrent que seulement 55% des sondés savaient que l’épilation laser était possible sur les peaux sombres.
Parmi les interrogés, les femmes et les individus avec un plus haut niveau éducatif avait une plus grande tendance à considérer l’épilation laser comme un traitement de choix à un problème de pilosité. Enfin, 44% des sujets pensaient que les peaux sombres avaient plus de risque de développer de l’hyperpigmentation post-inflammatoire après épilation laser.

Cette étude montre donc que de nombreux Afro-Américains ont encore des connaissances insuffisantes en matière d’épilation laser, et une attitude négative vis-à-vis de cette technique. Un travail d’information de la communauté dermatologique doit donc être menée auprès des patients à peaux sombres afin de leur permettre de bénéficier, si besoin, des mêmes traitement que les sujets à peau claire.

Référence: Vachiramon V, McMichael AJ . Patient knowledge and attitudes on laser hair removal: a survey in people of color. Journal Article. J Cosmet Dermatol 2011 Sep; 10(3):197-201.

Image : Ousmane Sow, « Guerrier Debout »

lundi, 17 octobre 2011

LES FAUSSES BONNES IDEES EN DERMATO

Prendre soin de sa peau est comme la cuisine, un peu intuitif, un peu approximatif parfois.. Mais dans la quête de l’autonomie et de l’autogestion de ses soins, l’intuition des patients n’est pas toujours la bonne. Voici une petite liste des gestes qui pourraient vous séduire mais qu’il vaut mieux éviter…

fausses bonnes idees

  • S’acharner sur un bouton d’acné pour la faire partir plus vite. Non, vous risquez de vous faire une marque plus visible, plus longue à cicatriser, voire une vraie cicatrice en cupule. De plus, il a été démontré que le fait de triturer une zone acnéique entrainait la libération de médiateurs chimiques générant de nouvelles lésions d’acné. Autrement dit, vous excitez la zone qui crée de nouvelles lésions d’acné côte à côte.
  • Faire des UV pour « préparer sa peau au soleil ». Idée un temps défendue par le corps médical, mais depuis abandonnée lorsqu’on a constaté que les UVA (ceux qui sont délivrés en cabine, comme ceux du soleil) étaient impliqués dans la survenue de cancer de peau et le vieillissement prématuré (rides, taches, relâchement…). Pourquoi donc iriez-vous grignoter et amputer votre maigre capital solaire de cette façon ? si votre peau n’est pas faite pour le soleil, une crème solaire et un chapeau sont plus utiles que le bombardement des UV.
  • Décolorer les poils du visage en attendant une séance d’épilation laser. Normalement le médecin que vous vu lors du rendez-vous d’information a dû vous dire que le laser se fixe sur les poils noirs pour les détruire. Si vous les décolorez, ils deviennent transparents pour le laser. Il faut donc arrêter les décolorations (et l’arrachage bien sûr) 3 semaines avant le RDV d’épilation.
  • Poncer et racler une verrue active. Une verrue récente ou qui s’étend est pleine de virus HPV, et en la raclant , vous contaminez vos instruments, au risque de disséminer les lésions. Le décapage chimique doit donc être préféré pour ces lésions, ou leur destruction à l’azote liquide.
  • Utiliser son rasoir ou son épilateur quand on a des petits boutons sur les jambes. Les folliculites (petite infection du follicule pileux) se disséminent très bien par le biais d’une lame de rasoir ou d’un épilateur. Il vaut donc mieux désinfecter les lésions et attendre leur disparition (sans les manipuler !) avant de vous occuper des poils.

Source photo

lundi, 10 octobre 2011

QUOI DE NEUF DANS L’EPILATION LASER DES POILS CLAIRS ?

Alors même que l’épilation laser des poils noirs donne beaucoup de satisfaction, sur les peaux claires comme sur les peaux sombres, l’épilation des poils clairs (blonds, blancs ou gris) pose toujours un problème technique. Certaines publications récentes cependant viennent ouvrir des perspectives.

poils clairs

Les plus nombreux articles concernent les liposomes, ces petites sphères de lipides contenant une substance à apporter dans certaines cellules. En l’occurrence, certaines équipent arrivent à délivrer de la mélanine – le pigment noir responsable de la coloration – sélectivement au niveau des poils avant l’épilation laser.
Des améliorations allant jusqu’à 75% des réductions des poils clairs ont ainsi été notées.

D’autres techniques font appel à l’association radiofréquence et différentes longueur d‘ondes de lampes flash, le but du courant électrique de radiofréquence étant de « préchauffer » les poils afin de majorer les dégâts induits par la lumière. Là encore, des améliorations partielles (jusqu’à 50% des poils en moins après plusieurs séances) mais réelles semblent possibles sur les petites séries de patientes déjà traitées.

Enfin, une publication récente de cette année vient apporter de l’espoir avec une technique toute simple : une équipe iranienne a en effet réussi à obtenir des améliorations de 40 à 50 % (après 6 séances de laser) en teignant les poils clairs avec de l’eye-liner ou de la teinture capillaire.

Pour l’instant, ces techniques en sont encore au stade expérimental, et aucune n’a fait la preuve de sa supériorité par rapport à l’électrolyse (l’épilation électrique à l’aiguille qui reste donc la seule solution sur les poils clairs), mais l’avenir nous réserve certainement de bonnes surprise sur ces poils parfois désespérants.

Références :

  • Sand M, Bechara FG, Sand D, Altmeyer P, Hoffmann K. A randomized, controlled, double-blind study evaluating melanin- encapsulated liposomes as a chromophore for laser hair removal of blond, white, and gray hair. Ann Plast Surg. 2007;58:551–4.
  • Sadick NS. Effective epilation of white and blond hair using combined radiofrequency and optical energy. J Cosmet Laser Ther. 2004. 6:1-5.
  • Alijanpoor R. Successful White Hair Removal with Combined Coloring and Intense Pulsed Light (IPL): A Randomized Clinical Trial. Photomedicine and Laser Surgery. 2011; 9(9): 1-7

Source photo

lundi, 3 octobre 2011

AU FAIT, C’EST QUOI L A RADIOFREQUENCE ?

Que ce soit en congrès de dermato ou dans les magazines féminins, il est difficile d’échapper à la déferlante des appareils de radiofréquence. Pour celles et ceux qui sont perdus, voici le récapitulatif de ce que vous devez savoir si cette technologie vous intéresse.


radio fréquence

Un peu de physique d’abord : si tous les schémas du net placent les ondes de radiofréquence à un extrême du champ électromagnétique, il faut savoir que cela est valable surtout pour les téléphones portables et les four à micro-ondes.
En médecine, il ne s’agit nullement d’énergie photonique, mais bel et bien d’un courant électrique circulant entre deux électrodes. On va donc chauffer la cible plus ou moins en profondeur en fonction de la configuration des électrodes. Utilisés dans diverses spécialités médicales, les radiofréquences sont destinées à coaguler des tissus (destruction de tumeur par exemple), ou simplement les chauffer pour les stimuler, comme en esthétique.

En dermatologie, les premières radiofréquences (RF) disponibles au début des années 2000 étaient les RF monopolaires ( une grande et une petite électrode). Se sont ensuite développées les RF bi puis multipolaires, en augmentant le nombre des électrodes.
Les dispositifs les plus récents permettent de faire de la radiofréquence fractionnée (des intervalles de peau saines sont préservés), de la RF ablative (on peut obtenir un effet peeling sur les couches supérieures de la peau), et même de la microradiofréquence : l’énergie est délivrée par des aiguilles implantées directement dans la peau, ce qui permet de varier la profondeur de chauffe.

Ce que l’on peut obtenir avec ces appareils en esthétique est globalement la même chose qu’avec les lasers infra-rouges : chauffe du derme en profondeur (donc remise en tension et stimulation de la collagénèse), et abrasion de surface selon les dispositifs. Et de même que les lasers, les appareils de radiofréquence présentent leurs limites et ne peuvent en aucun cas remplacer la main du chirurgien pour lifter les tissus et les excès cutanés. Les indications se discutent donc au cas par cas, mais recouvrent globalement celles des lasers infra-rouges en esthétique.

Source photo

lundi, 14 février 2011

LASER ET VERGETURES : UN AN APRES L’AGREMENT OFFICIEL DE LA PHOTOTHERMOLYSE FRACTIONNELLE PAR LA F.D.A.

vergetures

Pour celles qui ne suivent pas l’actualité des agréments distribués par la F.D.A. aux Etats-Unis, sachez que février 2010 fut marqué d’un évènement d’envergure dans le traitement des vergetures au laser : pour la première fois, un laser recevait l’agrément pour le traitement des vergetures. Il s’agissait du Star Lux 1540 de Palomar Medical, appareil destiné à la photothermolyse fractionnelle, autrement dit à activer, par la chaleur, la collagénèse du derme et la réparation sans poncer la surface, contrairement aux lasers CO2 fractionnés. Alors, où en est-on un an après ?

L’année écoulée ne fut en fait pas tournée vers la photothermolyse fractionnelle en matière de vergetures. Pour quelle raison ? Probablement du fait de l’absence de résultats probants publiés. Car les études faites en interne par Palomar, bien que convaincantes, n’ont bizarrement pas fait l’objet de publications scientifiques dans des revues médicales. Les autres publications faites en 2008 et 2009 avec des appareils concurrents n’ont quant à elles pas apporté de résultats probants. Quant aux lasers de resurfacing fractionnel – les CO2 fractionnés – ils offrent des résultats encourageants mais très inconstants.

On ne peut donc toujours pas se vanter aujourd’hui de pouvoir effacer totalement les vergetures, et il est toujours difficile de prévoir individuellement quels peuvent être les résultats. Enfin, concernant les autres dispositifs, ils souffrent cruellement du manque de résultats publiés attestant de leur reproductible efficacité. Traiter les vergetures reste donc aujourd’hui encore un challenge, et il est toujours conseillé de s’y prendre au stade débutant lorsqu’elles sont rouges. La prise en charge des vergetures anciennes doit faire appel aux soins locaux voire aux lasers après une discussion au cas par cas et l’établissement d’un devis, s’agissant d’un acte esthétique non remboursé.

lundi, 28 septembre 2009

S'INFORMER EN DERMATOLOGIE ESTHETIQUE

La consultation en Dermatologie Esthétique, étape nécessaire précédant l'acte, donne lieu à de nombreuses – et légitimes – interrogations de la part des patients: quels sont les risques ? M'a-t-on tout expliqué ? Ai-je bien compris de quoi il s'agit ? Aurai-je mal ? Dois-je prévoir des jours de repos au décours ?...

Afin d'aider les patients à se documenter, et les médecins à standardiser les procédures, le Groupe de Dermatologie Esthétique et Correctrice ou gDEC de la Société Française de Dermatologie, met à la disposition de tous sur son site (gDEC) des fiches d'information validées par des experts nationaux sur les actes les plus couramment pratiqués en France. De même, le Groupe Laser édite les fiches concernant les actes Lasers (groupe Laser). Il ne s'agit pas de permettre de contrôler la qualité du discours du médecin, qui s'adapte à chaque patient et évolue selon son expérience professionnelle, mais plutôt de permettre aux patients de préparer leur consultation, en arrivant avec des connaissances valides, voire une liste de questions !

Vous trouverez également, sur le site du gDEC, le rappel de dispositions légales encadrant les actes esthétiques. Quant à la société mère, la SFD (Société Française de Dermatologie), son site (SFD) possède une riche partie grand public dans laquelle vous trouverez de nombreux documents et informations pour comprendre la peau saine, la peau malade, quel est le champ d'action des dermatologues, et comment préserver son "capital peau". Je vous souhaite une bonne lecture.